La mort vers 1880-1890, Alfred Testard de Marans

Grotte_funeraire

     Au bout de deux ou trois ans, suivant le désir des parents, les ossements étaient recueillis par la famille. La tête se cachait dans un endroit éloigné et mystérieux, s’il s’agissait d’un chef, et dans un tronc creusé d’arbre des banians s’il s’agissait d’un pauvre hère. Ce qui restait, enveloppé d’herbes et de tapa nouvelles, était enfoui dans l’ancienne case du défunt qui était abandonnée et frappée du tapu d’interdiction. Cette translation des ossements donnait lieu à un mau, ou fête d’anniversaire pour la famille et les amis, et même, s’il s’agissait d’un chef illustre, à une koika ou fête générale de toute la tribu.

     Fouille archéologique d’une grotte funéraire en 1983 : abri_papahavaiki_hakahau_ua_pou.pdf

Download la_mort_vers_1880.doc Download alfred_testard_de_marans.doc

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s