Inauguration de la mairie de Ua Pou, en présence de Mr Christian Estrosi, Secrétaire d’État à l’Outre-mer

inauguration-mairie.1199864585.jpg

Joseph Kaiha, lors de l’inauguration de la mairie de Ua Pou, à laquelle participait Christian Estrosi le secrétaire d’État à l’Outre-mer, a évoqué un rattachement direct de l’archipel des Marquises avec la France. Cette déclaration que le secrétaire d’Etat n’a pas, semble-t-il, désavouée a provoqué à Tahiti une vive polémique, et dans les rues de Papeete, une manifestation conduite par le Président Temaru lui-même le samedi suivant.

inauguration_mairie_1.1199864777.jpg

Or ce n’est pas la première fois que les élus des Marquises expriment cette demande de rattachement à la Métropole. En 2003, un groupe d’élus renouvela cette demande auprès du Président du Sénat Christian Poncelet, et plus en avant encore, Lucien Kimitete, conseiller territorial, disparu en mer en 2002, avait relancé cette idée qui se manifeste depuis plus de quinze ans déjà.

inauguration_mairie_2.1199864953.jpg

« Il y a eu une rencontre secrète aux Marquises entre certains maires et Christian Estrosi…c’était pour mettre au point cette idée. Nous ne sommes pas dupes…Les Marquises n’appartiennent pas à messieurs Kahia et Estrosi. Les Marquises nous appartiennent. C’est notre Pays que l’on veut morceler… C’est indigne d’un Etat au 21ème siècle » a affirmé Oscar Temaru avant d’ajouter qu’ « savait que quelque chose se tramait » et que c’est entre autres pour cette raison qu’il avait refusé d’assister en personne à l’ouverture du festival des Marquises »

inauguration_mairie_3.1199865053.jpg

Or, depuis début septembre 2007 sur le panneau d’affichage de la mairie de Ua Pou, on pouvait lire le compte-rendu de la rencontre des maires des Marquises avec Monsieur Estrosi. On pouvait lire ceci :

L’évolution statutaire de la Polynésie française et l’avenir institutionnel des Marquises sont intimement liés.

Le constat que nous faisons de la situation politique de la Polynésie Française est naturellement sans complaisance et critique, au regard des conséquences ressenties directement par nos populations.

inauguration_mairie_4.1199865285.jpg

Nous assistons, impuissants, au 5ième changement de gouvernement et de cap depuis mai 2004. Notre souhait n’est pas de nous appesantir sur les dérives et l’instabilité politique que nous connaissons en Polynésie Française, mais plutôt d’appuyer une loi qui pourrait en limiter les effets conséquents sur le développement des Marquises.

Nous avons noté l’engagement exprimé par vous-même d’accompagner l’élaboration d’une nouvelle réforme statutaire pour la Polynésie Française. Nous considérons qu’il est devenu urgent de proposer au Parlement une loi statutaire qui donne à notre archipel une réelle autonomie de gestion, au sein de la Polynésie Française ou mieux, directement au sein de la République Française à laquelle les Marquisiens demeurent indéfectiblement attachés.

inauguration_mairie_5.1199865454.jpg

Les différents statuts successifs depuis 1977 qui ont marqué l’évolution politique de la Polynésie Française, n’ont pas intégré durablement le principe d’autonomisation et de décentralisation des archipels et du nôtre en particulier. La réforme statutaire de 1990 avait fait apparaître une nouvelle institution « le conseil des archipels », cette réforme n’a jamais été appliquée et a disparu des lois statutaires suivantes dès 1996.

inauguration_mairie_6.1199865162.jpg

Dans cette logique de décentralisation par la loi, les élus communaux des Marquises demandent que la prochaine réforme statutaire de la Polynésie Française identifie une entité territoriale spécifique pour les îles Marquises dans le même esprit d’autonomie sans rupture qui a été adoptée pour l’île de St Barthélémy ou St Martin.  Lire « Polémique à Tahiti : les Marquises veulent se rapprocher de Paris »  et encore ceci : rencontre_elus-marquisiens_estrosi.1199865668.pdf et polemique.1199866169.doc