Benoit Kautai préfère que les Marquises soient directement rattachées à la France

benoit-kautai.1201767587.jpg

« TE HENUA ENATA A TU – ENSEMBLE LEVONS-NOUS POUR LES MARQUISES» est la seule liste qui lors de l’élection des représentants à l’Assemblée de Polynésie Française, a obtenu la majorité absolue au premier tour.

Benoit Kautai, maire de Nuku Hiva souhaite faire usage de son nouveau statut de représentant, et des deux sièges obtenus à l’Assemblée par sa liste, pour demander « l’autonomie des Marquises dans la République avec la Polynésie française ».

Ce projet marquisien avait rencontré à Tahiti une vive opposition de la part des principaux leaders politiques et plus particulièrement celle plus violente du Président Oscar TEMARU qui avait organisé une marche dans les rues de Papeete.

Benoît Kautai avait constaté une forte mobilisation de la population lors de ses tournées politiques dans les vallées dans l’archipel. Les Marquisiens ont soutenu sa liste, car elle poursuit une politique prônée par ses prédécesseurs : « rattacher les Marquises à la France ». Les Marquisiens se sont sentis trop longtemps abandonnés par les gouvernements siégeant à Papeete, les grands oubliés du développement. La manne de l’Etat français, versée d’abord par le Centre d’expérimentations du Pacifique, puis par divers mécanismes de substitution, a largement été attribuée Tahiti et à ses îles proches, n’ayant eu que peu de retombées dans un archipel où la vie demeure difficile.

« Pour moi le résultat est synonyme du nombre d’électeurs qui adhérent à cette idée de mettre en place un statut spécifique pour l’archipel », précise Benoît Kautai, avant de tempérer « mais il faut bien comprendre qu’il ne s’agit pas de détacher complètement les Marquises de la Polynésie ». Tahitipresse

« Cette victoire nous la devons à ceux qui nous ont précédé dans l’histoire et qui ont semé ces graines qui ont germé, Edwin Pahuatini et notre regretté Lucien Kimitete. Il serait tellement heureux aujourd’hui de voir que nous avons obtenu 2 sièges sur trois. J’ai naturellement eu une grande pensée pour lui et beaucoup d’émotion, mais aussi pour Joseph Kaiha qui aurait mérité d’être à l’Assemblée car il s’est tellement battu lui aussi… Il faut espérer que ceux qui sortiront des urnes le 10 février prochain à Tahiti, prennent en considération les Marquises et respectent leur demande d’autonomie de gestion avec la Polynésie dans la République… » C’est le message de Debora.

Pour l’heure, « rien » n’est arrêté, mais le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer, Christian Estrosi, devrait revenir au mois d’avril pour proposer « sa version » d’un nouveau statut. « En attendant, on maintient notre position », souligne Benoît Kautai.

De Vitré aux Marquises en 1937, Renée HAMON, l’amante de l’aventure

autographe-renee-hamon.1200891607.jpg

Autographe de Renée Hamon, extrait d’un cahier de Thor Heyerdahl

Cette rencontre entre Renée Hamon et le couple norvégien est racontée dans le livre de Thor Heyerdahl « Fatu Hiva le retour à la nature » :

Juste devant la porte, nous tombâmes sur les deux pensionnaires de Bob. Ils étaient français. Lui était mince et timide, portait des bracelets en défenses de sangliers et avait tout un choix de caméras en bandoulière. Elle était petite et délurée, aussi énergique qu’une lionne sous ses cheveux roux et touffus.

Nous eûmes l’impression de trouver une oasis au milieu du désert. Notre amitié naquit spontanément. Mme Renée Hamon était une journaliste française, arrivée la veille dans l’île avec son photographe, quelques heures avant nous. Le Tereora, qui les avait amenés, était encore à l’ancre derrière le promontoire, de l’autre côté de la plage.

Mme Hamon était le type même de la femme pleine de vie, qui dénouait toutes les difficultés. Dès qu’elle vit nos jambes malades et apprit où nous avions passé la nuit, elle éclata.

C’est un scandale ! cria-t-elle. Vous êtes dans une colonie appartenant à mon pays, et ce soir vous dormirez dans un vrai lit, même si je dois vous laisser le mien !

Nous apprîmes qu’on leur avait accordé tout le bungalow, maintenant fermé et abandonné, de l’ancien administrateur. Ils ne prenaient chez Bob que leurs repas et repartiraient pour Tahiti sur le Tereora, quand le coprah aurait été chargé.

— Et de Tahiti, nous rentrerons en France ! s’écria gaiement le caméraman. J’échangerais volontiers mille cocotiers contre une seule aiguille de pin sous la neige.

Nous nous dirigions tous vers la gendarmerie, quand nous aperçûmes Triffe marchant à notre rencontre d’un pas de somnambule, escorté d’un essaim d’indigènes. Mme Hamon nous décocha un clin d’œil et se rua en un éclair sur le malheureux gendarme, qui sortit poliment les mains de ses poches et salua.

Quelques instants plus tard, des villageois étaient en train de transporter des bois de lits, des matelas, des draps blancs et de longs balais dans un bungalow, voisin de celui où étaient logés les deux visiteurs français. Cette maison vide avait jadis abrité le médecin attaché à l’île. Aujourd’hui, médecin et gouverneur étaient une seule et même personne, mais qui vivait à Nuku Hiva, tout au nord de l’archipel, et venait peu ou pas dans la partie sud des Marquises.

Notre sac et notre fusil déposés en sûreté dans notre nouveau logis, nous nous rendîmes, aussi rapidement que le permettait notre démarche titubante, vers l’unique petite case de bambou de la vallée. C’était l’hôpital de l’île dirigé par Terai, un jeune infirmier tahitien, cordial et séduisant. [… ]

Agé de vingt ans et quelques, de taille moyenne, mais pesant cent bons kilos, taillé en Hercule, Terai était un fervent sportif, d’une incroyable agilité. Né à Tahiti, il avait travaillé à l’hôpital de Papeete pendant plusieurs années, au cours desquelles il n’avait pas dû perdre son temps. Après un simple regard à nos jambes, il identifia nos plaies : des ulcères tropicaux. Si nous étions venus deux semaines plus tard, chez Liv l’infection aurait atteint les os, et elle aurait perdu une jambe, avant qu’il n’ait le temps de la faire transporter à l’hôpital de Tahiti. [… ]

Entourés d’insulaires atteints d’affections diverses, allant des maux de dents et des maladies vénériennes à la récente perte d’un doigt, nous nous allongeâmes tour à tour sur un banc, tandis que le vigoureux Terai choisissait des instruments dans une boîte de bistouris et de pinces.

Au bout d’une semaine, nous pûmes repenser à notre première visite à Terai sans sentir des pieds à la tête une douleur lancinante. Le Tahitien avait bien utilisé ses instruments. Il avait coupé et curé, il avait arraché les ongles des orteils pour empêcher que l’infection n’atteigne les os, il avait enfin étalé en couches épaisses une superbe pommade jaune-vert puisée dans un grand pot. Nous nous sentîmes déjà mieux. [ … ]

A la fin de la semaine, nous apprîmes que le Tereora allait lever l’ancre et devait faire escale à Fatu Hiva, avant de regagner Tahiti. Terai ne nous permit pas de partir ; nos pieds étaient encore en danger, si nous ne poursuivions pas le traitement. Nous nous hissâmes en boitant sur le promontoire rocheux pour apercevoir le Tereora et adresser des gestes d’adieu au capitaine Brander, qui ne débarquait jamais, ainsi qu’à nos amis. Ardeur et énergie semblaient étinceler de la tignasse rousse de la petite Française, pendant qu’elle nous criait un dernier au revoir. Tenant par la main le photographe encombré d’appareils, elle sauta dans le canot dansant appartenant au Tereora. Tous deux tombèrent comme des ivrognes dans les bras tendus de marins bronzés et expérimentés. In Thor Heyerdahl « Fatu Hiva le retour à la nature ».

Un site a été créé en 2001 à la suite d’une exposition consacrée à Renée Hamon ; pour le consulter, cliquez sur « le Petit corsaire ».

Le 13 septembre 1999, l’école d’Omoa subissait un tsunami

ecole-omoa-0.1200801701.jpg

Un tsunami local, comprenant deux vagues séparées de quelques minutes, s’est abattu le 13 septembre 1999 sur le village d’Omoa (île de Fatuiva, Polynésie française), infligeant de sérieuses destructions aux structures en bord de mer, et notamment à l’école communale du village. Ces vagues ont été engendrées par l’éboulement d’un pan de falaise basaltique, à 3 km au sud-est d’Omoa, le long de la côte. Le volume de l’éboulement est estimé se situer entre 2 et 5 millions de m3, dont 60% ont pénétré en mer.

ecole-omoa-1.1200802294.jpg

Le muret entourant la cour de l’école d’Omoa fut pulvérisé. La directrice ce midi-là décida sans raison précise de faire entrer les enfants en classe cinq minutes avant l’heure. De sa classe elle vit arriver alors au loin sur la mer une énorme vague.

 ecole-omoa-2.1200802450.jpg

L’alerte donnée, les enseignants firent sortir tous les élèves de l’école par les fenêtres côté montagne et les emmenèrent rapidement vers le haut du village… Un amas de débris jonchait la cour, le mur d’enceinte qui venait d’être construit servit de butoir et amortit la force de la vague qui inonda rapidement les salles.

ecole-omoa-3.1200802588.jpg 

Il n’y eut aucune victime car il fut facile de faire sortir les enfants rassemblés. Il aurait fallu beaucoup trop de temps pour diriger et appeler tous les enfants si, en récréation, ils étaient restés sur la cour… Ils auraient subi la violence des galets, de l’eau et autres débris transportés par le raz-de-marée.