Marquises : « A.R.S.H.- EIAO » L’ASSOCIATION POUR LES RECHERCHES SCIENTIFIQUES ET HISTORIQUES SUR EIAO est créée

 

eiao_landsat_2006.1296125993.jpg

Comme annoncé dans la première Lettre de Eiao, l’association a été créée en juin 2008 (Récépissé n°3411 du 24 juin 2008, Parution au JOPF du 17 juillet 2008 page 2759).

 

Cette association a pour buts :

– de développer une meilleure connaissance de l’île de Eiao (Archipel des Marquises/Polynésie Française) tant au plan de la biodiversité, qu’au plan du patrimoine archéologique et historique, en suscitant, favorisant ou en y organisant elle-même des missions de recherches scientifiques, archéologiques et historiques dans le respect de la législation en vigueur;

– de trouver des moyens de financements, soutiens logistiques et des aides matérielles et techniques pour ces différentes recherches et les missions sur place qu’elles impliquent;

– de participer activement à la réflexion et aux travaux visant à la restauration ou la réhabilitation de l’île (lutte contre l’érosion des sols, contrôle des ongulés, rétablissement d’un couvert végétal, etc.) ;

– de publier une feuille d’information « LA LETTRE DE EIAO» pour diffuser les recherches conduites sur l’île et les observations faites par les visiteurs (chasseurs et scientifiques) et les gestionnaires (techniciens de l’Environnement, de l’Economie Rurale, du Service de la Culture et du Patrimoine, etc.);

– de créer un site Web consacré à l’île de Eiao, accessible gratuitement au public, ouvert aux chercheurs pour la diffusion de leurs travaux et à toutes les personnes concernées (chasseurs, institutionnels, gestionnaires).

Pour atteindre ces objectifs – tous n’ont pas encore été atteints aujourd’hui – l’association a besoin de vous. Si vous vous sentez concerné, si Eiao vous passionne, venez nous rejoindre. Nous vous remercions d’imprimer, compléter et nous retourner le formulaire d’adhésion accompagné de votre cotisation.

 

Téléchargez le bulletin-adhesion-arsh-eaio.1296125786.pdf

Contact Michel Charleux  :  arsh-eiao@mail.pf

Marquises : « L’image du vandalisme du Tiki de UPEKE à TAAOA résume notre comportement désorienté. Te ata ote hana pe ía te Tiki o UPEKE i TAÁOA e hakaíte maiá to tatou hakatu painu » écrit Teíkitevaámanihií HUUKENA

 tiki-upeke-taaoa_.1293386868.jpg 

     Le 5 décembre 2010, Jean S… découvre un acte de vandalisme porté sur le tiki de Upeke à Taaoa (Hiva Oa). Le tiki (voir photo de droite) a été massacré, la spirale de l’oreille détruite au couteau. Les morceaux cassés étaient encore au pied du tiki.

Cette nouvelle atteinte au patrimoine a ému la communauté scientifique. Des plaintes ont été déposées successivement par la propriétaire du site, le Maire de Atuona, le Ministre de la Culture…

     Teiki Huukena partage sa douleur avec les Marquisiens choqués par les destructions des éléments du Patrimoine qui s’opèrent dans les îles, ici et là  impunément, et espère  par cette lettre ci-jointe qu’il adresse à son peuple, toucher le cœur de chaque Marquisien resté jusqu’à ce jour  indifférent ou  dans l’ignorance de la valeur de sa Culture.

oreilletiki-massacre.1293386975.jpg

Kaohanui ia ótou te mataéinaá no HIVA-OA atií mete Huaá Énana paotu…

Bonjour à vous, gens de HIVA-OA et peuple de la Terre des Hommes…

Toú ikoa o Teíkitevaámanihií HUUKENA, toú tumukeé miohe ati mai o Naíki mi HIVA-OA

Je m’appelle Teíkitevaámanihií HUUKENA, mes aïeuls viennent des Naíki de HIVA-OA

te taha o toú pakahio o Kuáheau VAATETE (te vehine a Atoni HUUKENA).

par ma grand-mère Kuáheau VAATETE (épouse de Atoni HUUKENA).

Ua hanau au mete keí i NUKU-HIVA.

Je suis né et ai grandi à NUKU-HIVA.

E heé mai nei au mai óto tenei keéé e tuku atu toú mamae…

Je viens par ce message vous adresser ma tristesse…

Te ata ote hana pe ía te Tiki o UPEKE i TAÁOA e hakaíte maiá to tatou hakatu painu.

L’image du vandalisme du Tiki de UPEKE à TAAOA résume notre comportement désorienté.

te hana hauhauía te tau paepae kakiu mea kanea te vaánui, e taui te taheía vai ote kaávai

La destruction de certains vestiges pour construire des routes, changer le lit les rivières,

aóéá, e hakatu pu te tau haé hou mete maákau koé, mea nui tena tau hana e heéana haá hauhau 

ou mettre des constructions « modernes » sans réflexion, beaucoup de tout cela met en danger

to tatou kuhane énana

 notre esprit marquisien.

Note haá metaí hakaúa to tatou pohué mea kanahau te toó te hakatu hou,

Pour mieux vivre il faut bien évidemment intégrer la technologie,

meaá e hana hoí tatou mai óto te koekoe meitaí.

mais il faut le faire avec sagesse.

E hakatu toitoi mete tau memau i óto o to tatou koekoe.

C’est comme en nous.

Ena mete memau  ua kanea ía tatou, mea haá kaúoó ia tatou mete heé i mua.

 Il y a ce en quoi on est fait, dont on a besoin pour grandir et avancer.

Tenei taha kakiu i óto o tatou, na ia e hakaítemai te tau memau a tiíaápu: te tai, te patuata, te haátiki…

Ce morceau de passé en nous fait que l’on sait déjà d’avance pas mal de choses : la mer, dessiner, la sculpture…

Aé teveé to tatou vivini: ena i óto o tatou… te kakiu i óto to tatou kiko! E titahi ena mete memau hou…

On comprend vite : c’est en nous… c’est l’ancien en nous ! Et puis il y a le nouveau…

Na tatou e vae, na tatou e makimaki, na tatou e kohoá…

On le choisit, on le veut, on en a envie…

Meaá umoí tatou e haá hauhau te memau i óto o tatou, no tena tau makimaki ía.

Mais il ne faut pas  détruire en nous quelque chose pour cela.

Haá taetae tatou te hakatu kanahau ó to tatou kuhane énana.

Prenons soins des bonnes choses de notre âme marquisienne.

Noteaha e haá hauhau te tau memau ne te hakako te haákoi te pereóó?…

Pourquoi détruire cela pour savoir conduire une voiture ?…

Noteaha e haámate te ihorave, tahu te paepae mete ahi, te tau tumu ákau

Pourquoi tuer le cheval, de brûler les paepae, les arbres

atií mete tau tuaivi mai óto te teka mea hana te vahiía éhi, notemea aí kanea ía meitaí te vahi hana,

et la montagne par accident pour le coprah parce qu’on a pas fait le nécessaire pour sécuriser l’espace de travail,

vavahi te tumu meí atií mete paepae note kanea te haéhou i kaokao

de casser l’arbre à pain ou le paepae pour se faire une belle maison moderne à coté ?…

tena tau haé kakiu na tatou, aóé e íteía ite vahike íte ao maámanei, mea nui te memau taú i íte me taú

Ce sont nos maisons et en on en voit nulle part ailleurs dans le monde et j’en ai vu des choses avec

hana kape…

l’armée…

Notemea ia haà koéía te tau úpe o to tatou kakiu, te tau tumu i nanu ía te tau tupuna aóéá havaiía e

Parce que détruire les constructions de nos ancêtres, les arbres que les anciens ont planté ou laissé

átou haá tupu pu

grandir

mea haika, mea kaikai, mea haá maú, aóéá notemea mea kakaá anaiho…

 pour soigner, nourrir, faire de l’ombre, ou parce que cela sentait bon…

Hakatu toitoi mehemea e tioá ótou to ótou tau kokoóua mete tau papakahio atií me toótou tau tumukeé !

C’est comme si vous envoyez tout « paître » de nos grands parents et de nos arrières grands parents !

Pautu, mehe mea mahaoti átou!  Éiaá ena mete tau ava hauhau,  ua pohué totatou tau tupuna i óto

Tout, comme si ils  ne servaient à rien ! Pourtant à  certains moments les anciens ont eu à traverser

Te tau po óumati oko, ua pororonui te henua, hakatu me teà toua « purutia HITLER » !

de très longues sécheresses comme pendant la 2ème guerre mondiale !

U koána ia átou te kaituto no haá katahi te pohuéía!

Ils ont su réfléchir et s’organiser ensemble  pour survivre !

Ua tekao mai ía e toú koóua iau te mea ahemea hakaúa te i hepe e kave mai te kaikai…

Mon grand-père m’a témoigné cette période où il n’y avait plus de ravitaillement…

nate tau kokoóua i haá pohué ia átou, e hano te kaikai miote épo tupuna..

Ce sont les anciens qui les ont sauvé en allant chercher ce que la terre de nos ancêtres pouvaient leur donner

Mehe mea aóé átou e íte te tau tumu taetae, e koàna ia kai ia hoiha anaé átou

comme s’ils ne savaient pas que certaines plantes sont importantes pour se nourrir quand il y a des problèmes

mete tau ihepe, aóéá mea haika me titahipito tau memau hakaúa! Ua mamae átou note haá pohué ia átou

 avec les bateaux ou soigner et tant d’autres choses ! Alors qu’ils ont bien souffert pour pouvoir survivre

note tukumai to tatou pohué e titahi e tukumai titahi memau hakaúa…

et nous donner vie et nous donner quelque chose en plus…

tenei tau íte aóé tatou i haápaó… te íte te pohué ma úka ote tai, te íte te ávaika, to tatou íí, to tatou kaíé…

ce savoir dont on ne se rend même pas compte… se débrouiller en mer, savoir pêcher, notre force, notre fierté…

Maákau tatou e áva totatou maáma hakatu me totatou tupuna  note pohué

Pensez-nous avoir  l’intelligence de nos ancêtres pour  survivre

ia koé te kavemaiía te kaikai o tetau ihepe o TAPORO me ARANUI atií mete tau manu? Haá toitoimai ?

si les ravitaillements s’arrêtaient des goélettes TAPORO et ARANUI ainsi que les avions? Honnêtement ?

Mitemea ahemea átou aóé tatou e pohué tenei á ínei. Noatu aé tatou e vivini oko eahahoí tatou…

Sans eux nous ne serions pas ici aujourd’hui. Même si on ne comprend pas toujours ce que l’on est…

maiámaiá e vivininei hoa tatou… meaá ia vavahiía ané nomua te vivini…

On le comprend petit à petit… et si on a cassé avant d’avoir compris…

ua pao, aé e koána hakaúa u kaónui!

C’est trop tard, il sera perdu à jamais !

Ia tatou te kaituto mete koekoe meitaí eahahoí ta tatou e makimaki e haávai no to tatou tau toíki !

Nous devons réfléchir sagement à ce que nous voulons laisser à nos enfants !

E tihe te á, e kaó tatou titahi ; o tatou te mea i koána mai e TUPUNA no to tatou tau pona !

Un jour nous ne serons plus là, non plus ; nous deviendrons à notre tour des TUPUNA pour nos descendants !

Éiaá ia tatou te haá íó ia tatou no íoí, e  TUPUNA mete koekoe meitaí mete maákau maáma kanahau.

Alors méritons d’être de futurs ancêtres sages et réfléchis.

to tatou hakatu ua kavohiía, ena mete énana mete haoé. te pohué o tenei tau…!

Notre culture est métissée, marquisienne et occidental . C’est la vie d’aujourd’hui… !

A toó tatou tenei mau vaevae

Utilisons ces deux pieds

note  heé i mua i kaokao o to tatou tau motua me to tatou tau tumukeé

pour avancer à côté de celle de nos parents et nos aïeuls.

E memau meitaí, note mea ua pohué tatou tenei tau e titahi, mea kanahau note heé i mua.

C’est une bonne chose, parce qu’on vit aujourd’hui et nous en avons besoin pour avancer.

Titahi, ua peáu te épikopo Le CLEAC’H: « nate toia tau aka e haá hua te tumu ákau! »

Mais, l’évêque Le CLEAC’H dit aussi : « Un arbre a besoin de ses racines pour grandir ! »

Mitemea e vetevete tatou to tatou aka, pehea hoí tatou note heé i mua ?

Si nous arrachons, nous-même, nos propres racines, comment allons nous faire pour aller de l’avant ?

Pehea te haá kaíé to tatou ati Énana ?

Comment être fier de notre peuple  marquisien ?

To tatou tau tupuna e énana oko átou, ua koána ia átou te haá vaé te Moananui mete haá tahi me ia.

Nos ancêtres étaient des gens valeureux, qui ont su dompter le grand océan et ne faire qu’un avec lui.

Note haá peipei te kouteé mamao, te moéhu, mea oko to átou maákau, to átou maáma,

Pour entreprendre ces grandes expéditions, pour s’exiler, il fallait du courage, de l’intelligence,

te kaituto note tatau te kuhane ote henua. Íte te tatau te tau hetu, te tau metaki, te tau ao…

de la méthode pour lire la nature. Connaître les étoiles, les vents, les courants…

Aóé e koána pu ia te tau poí e hana teá hana, meá o átou oia ua hanaía e átou !

Cela n’est pas donné à tout le monde, et  eux l’ont fait !

Tenei haápakaihi tatou ia átou; na tatou te toitoi ía e haá hua atu ia átou !

Alors respectons les ; nous leur devons au moins ça !

E kohoá tatou i óto to tatou koekoe te haápakaihi ia átou, hakatu mehe mea haátaetae

Nous en avons besoin, comme nous avons besoin d’aimer

tatou to tatou tau motua,

nos parents,

to tatou tau kokoóua mete tau papakhio i haá taetae mai ia tatou.

nos grands parents qui nous ont chéri.

Hakatu me átou te haá taetae ía to átou tatou motua, hakatu ma hope mai tihe io to tatou tau tupuna…

Comme eux ont eu besoin d’aimer les leurs et ainsi de suite jusqu’à nos ancêtres…

Te tau éteni mete kai énana ua koé, e titahi aóé átou i hana ananu tena tau hana éteni!

Le temps de l’anthropophage est révolu et ce n’était pas tout le temps non plus !

Aóé tatou e huamai hakaúa i tena peu, e tekao tiátohu tenei! Ua Ite tatou tena!

Nous ne reviendrons plus sur cette pratique, c’est certain ! Et nous le savons!

Te tihe ía te tau tupuna i tena vahi, notemea mea veve oko te henua hauhau oko te pohué…

Quand ils en étaient là, c’est parce que cela allait très mal…

Ia peáu anaé te hakaíki a heé te toua, ua heé hoa te tau toa!

Les chefs avaient décidé de se faire la guerre et on y allait !

Meaá mea nui aé te tau ava ua kanea ía te tau mea kanahau, ke te ava toua!

Mais ces anciens ont passé bien plus de temps à construire, qu’à se battre !

A tióhiatu aé ótou te tau manavai !

Regardez les vallées !

Toitoiía ta átou hana e haá kanahau te pohué i óto te manavai! Ia átou te haá poeka tahe ía vai,

Il fallait rendre la vie possible dans les vallées ! Il fallait nettoyer les rivières,

kanea te tau tohua mahe kaokao et nanu te tau memau, te tumu meika, haá taetae te tau tumu meí

faire des terrasses sur les bords et y cultiver, planter les bananiers, entretenir les arbre à pain

aóéá e heé mahe tai, haátiki te niho paáoa, e patutiki e haá peipei te koíka titahi, te tau úta, te haka,

ou aller en mer, sculpter des dents de cachalot, se tatouer et organiser des fêtes aussi, des chants, des danses,

te tau haákakai… Mea meitaí to átou koekoe!  Ena mete hanoía úta, te keu vaeáke,   

des histoires fantastiques… Et ils  étaient bon ! Il y avait des concours de chants, de combats d’échasse,

te mahi, te tau avapoto e haá vivini ía te tau poí hou te tatau te tau hetu nate tau tuhuka, te tau úta

de la lutte, des moments où les jeunes apprenaient les étoiles avec les anciens,  les chants,

aóéá pehea te kouteé

 ou naviguer…

Mea nui to átou íte, meitaí aé, aóé te toua anaiho. Note kanea anaiho te toki keá me óa

Ils savaient faire tant de choses, heureusement, pas que la guerre . Cela prend du temps pour faire des toki keá

aóéá e keí te vaka me tena haína…

ou creuser les pirogues avec…

Tenei a katahi tatou note toó te uki o to tatou VAKA, tama ote henua énana, a kave tatou

Maintenant reprenons ensemble le gouvernail de notre VAKA, descendants de la terre des hommes et menons la

mai óto te meitaí !

avec sagesse !

A kaituto aé tatou note haávivini to tatou KAKIU, a kave tatou to tatou hakatu énana,

Essayons de comprendre un peu plus nos KAKIU et dirigeons notre culture,

Hakatu me titahi VAKA, i vaveka te tau kaútai meitaí mete hahau, mete tau kiu me tene tau hou…

 comme une autre vaka, à travers les bonnes et mauvaises vagues, avec du passé et du présent…

Aáma tatou te kaíé o to tatou tau tupuna, tenei tau hana kaneaía e átou me totatou kaíé énana

Protégeons  ce qui a été la fierté de nos anciens, ces vestiges avec notre fierté à nous

no to tatou tau tupuna, ia kanahau e ia meitaí no to tatou tau toíki.

 pour nos ancêtres et que ce soit beau et bon pour nos enfants.

Te tau poí e hana no tena maákau, mi io tatou  aóéá mi vahomai, mete to átou ikoa énana aóéá mi io

Ceux que l’on voit se battre pour cela, de chez nous ou d’ailleurs, qui ont des noms du pays

te henua ke, tena tau énana i toko mai, haáhei i óto to tatou tau motu,

ou d’ailleurs, ces gens qui nous aident, qui s’organisent dans nos îles,

e hano aá hoi temea u moí hoí e kaónui paotu te tau memau,

qui cherchent à ce que tout ne disparaissent pas,

to tatou tau paepae, te tau vaánui, te tau tumu…

de nos paepae , des chemins, des plantes…

Tenei tau énana i heémai i kaokao o Yvone KATUPA, te huaá OTTINO, Edgar TETAHIOTUPA,

ceux qui nous accompagnent comme Yvonne KATUPA, la famille OTTINO, Edgar TETAHIOTUPA

 me titahipito tau énana o tatou note hana mai te hana no tatou, to tatou tau toíki, te tau kokoóua…

et d’autres personnes pour faire des choses pour nous, les enfants, les anciens…

kanino tatou, a tuku tatou ia átou titahi íma…

regardons et puis pourquoi pas allons les aider…

a katahi tatou mea hoe to tatou VAKA

Rassemblons nous pour ramer ensemble notre pirogue

e kanea tatou to tatou vaka ma úka ote henua note haá heóheó nomua te toó te tai note heé mamao…

elle se construit sur terre notre vaka pour qu’elle soit solide avant d’aller loin sur la mer..

E timata ómua ma úka to tatou henua i óto to tatou kaávai

Cela commence sur notre terrain et notre vallée…

te tau memau mahe kaokao o tatou…e aha hoi ta tatou hana me tena tau mea ?

Ce qui nous entoure… Qu’en faisons nous ?

To tatou tau tumu ákau, to tatou kaávai, te tau vahi e au nei tatou e heé kaukau..

Nos arbres, notre rivière, les endroits où l’ont aimait aller se baigner…

te tau tumu ákau e pikinei tatou me keu, hano te mako, te tau vi,  atií  me titahipito tau memau…

Les arbres dans lesquels ont allait grimper pour jouer, cueillir les mangues, les vi et le reste…

Te tau tumu i tukumai te vahi maú

Ceux qui nous donnaient de l’ombre…

Mea mamae á! E titahi e tihe mai te peke, notemea  te maákau note haá taetae

C’est quand même triste! et donne de la colère que l’idée de les protéger

aí áva te oko mi óto to tautou koekoe énana, e titahi  haá totahi atu tatou te haá hananui !

ne vienne pas assez de nous, et qu’en plus parfois on en rajoute pour tout compliquer !

A peáu hoí tatou te tau hana kanahau note tau i ómua, no tenei tau, a tekao hoí haá nui, haá íí,

Au moins le dire ce qui est bon aussi d’avant, pour aujourd’hui, dire plus,

a peáu hoí a toko mai no tenei hana !

dire aussi qu’il faut qu’on nous aide à le faire !

mi te mea aóé tatou e peáu… aóé e tihe pu toótahi! a peáu hoí tatou haá íí.

Si on ne le dit pas… ils ne vont pas s’y mettre tout seul ! Il faut le dire fort.

Titahi e na tatou i totatou keke e maákau e aha ta tatou e makimaki…

 Et puis il faut aussi essayer de notre côté de savoir ce que l’on veut…

Na tatou te toó te toko note aáma to tatou hakatu tumu énana, hakatu me to tatou haé !!!

C’est à nous que revient cette responsabilité de protéger notre culture, comme notre maison !!!

A HAKAEA TATOU TE PAINU!

Et arrêtons de nous perdre !

A ÓHO TE ÍÍ ! E TAMA ÉNANA!

Allons ayons du  courage! Enfants de la terre des hommes !

Éia nei te haá paoía to tatou Himene énana

voici les dernière phrases de notre hymne

to te henua énana a tu

lève-toi Terre des Hommes

no te utaí í te tau tupuna

pour faire comme les anciens

Óia te éá no te kave kaíé

il est le chemin glorieux

Na átou e ááhi, na átou e toko

ils nous guident, ils nous soutiennent

te pohué kanahau no na a kotoa

vers un avenir meilleur pour tous

Nate tama énana i tenei tau, i pepena te tekao i óto to tatou  Himene…

Ce sont les descendants marquisiens de notre époque qui ont composé notre hymne…

maha hoí ia patu mete himene tenei úta, mite mea aóé tatou e hana te mea i patu ía ?

Pourquoi composer et chanter cette chanson, si nous ne faisons pas ce qui est écrit ?

MARQUISES : L’archéologue Michel Charleux veut inscrire Eiao au patrimoine mondial de l’UNESCO (copyright Michel Charleux & Tahitipresse)

eiao_map.1289653419.jpg

A peine revenu d’une première longue mission de 50 jours sur l’île déserte de Eiao (Marquises nord), l’archéologue Michel Charleux s’apprête à y retourner pour poursuivre ses recherches sur la vie des anciens Marquisiens de « l’île-carrière ». Par ailleurs , il envisage de demander l’inscription de cette île qui recèle un véritable trésor archéologique au patrimoine mondial de l’UNESCO.

1_eiao-archeo-m-charleux.1289653512.jpg

Placée sous l’égide du CIRAP (et financée via l’Université de Polynésie française dans le cadre d’un Contrat de Projet Etat-Pays), cette première expédition – car il s’agissait bien d’une expédition à laquelle les Forces Armées en Polynésie Française ont apporté une aide déterminante avec les bâtiments Le Prairial et La Railleuse – a été par conséquent particulièrement fructueuse.

 7-eiao-archeo-michel_charleux.1289653592.jpg

Cette expédition a permis de recueillir des données inédites et la découverte de 8 sites nouveaux dont certains avec des dalles de ke’etu rouge. Trois de ces sites couvrent entre 700 et 1000 m² et l’un d’entre eux est un paepae de plus de 70m de long, limité sur toute sa façade par de très gros blocs basaltiques soigneusement alignés.

3-photo-archeo-eiao-michel-charleux.1289653689.jpg

La véritable carrière était ailleurs

Cachés au fond d’une petite vallée par une végétation difficilement pénétrable, ces sites remarquables avaient échappé aux précédentes investigations. Plusieurs ont leur surface recouverte d’une couche d’éclats de basalte épaisse par endroit de plusieurs décimètres, témoin d’une activité ancienne importante.

Devant de tels sites, l’archéologue a décidé de modifier son programme initial pour concentrer ses recherches sur la grande vallée baptisée pour la circonstance Hanataaitoki du fait que la toponymie de l’île a été en grande partie oubliée.

5-eiao-archeo_michel_charleux.1289653756.jpg

Cette vallée est de toute première importance puisque c’est l’un des lieux probables, sinon le lieu principal, de l’extraction du basalte à grain fin qui a valu à Eiao de devenir un véritable centre de production d’herminettes et autres outils lithiques.

C’est dans cette vallée que Barry Rolett a découvert ce qu’il a pensé être la grande carrière de Eiao. Il semble pourtant que la véritable carrière soit ailleurs, à proximité, mais malgré de nouvelles recherches et des indices forts, elle reste à localiser avec précision.

6-eiao-archeo-michel_charleux.1289653808.jpg

Mais cette vallée n’est pas seulement un lieu d’extraction. C’est aussi un lieu de production d’outillage lithique comme l’attestent dans cette vallée et sur les crêtes qui la limitent, plusieurs dizaines d’ateliers, certains très vastes, et surtout, dans le thalweg, une incroyable accumulation d’éclats, absolument phénoménale, de plus de 2 m d’épaisseur, dont le volume pourrait avoisiner plusieurs centaines de mètres-cubes. Le témoin de la fabrication de plusieurs dizaines de milliers d’herminettes et autres outils!

9-eiao-archeo-michel_charleux.1289653861.jpg

Une nouvelle mission s’impose

Comment aurait-il été possible de poursuivre le programme initial et d’ignorer ces sites ? Après défrichage et un nettoyage fin, il a fallu en faire les relevés, tracer les plans, effectuer la couverture photographique.

Michel Charleux affiche une certaine satisfaction à son retour de la première mission. Une satisfaction toutefois teintée d’amertume avec le sentiment que son programme de recherches avait été partiellement amputé, il a décidé de monter une nouvelle mission.

La subvention du Ministère de la Culture obtenue par le biais du Service de la Culture et du Patrimoine qui, de nouveau a accepté d’apporter une aide très importante, est arrivée fort à propos, même si aujourd’hui elle se révèle finalement insuffisante par rapports aux frais qu’une telle expédition entraîne.

La seconde mission sera plus courte, puisqu’il ne séjournera que 30 jours sur Eiao du 24 septembre au 24 octobre, avec une petite équipe de Marquisiens de Nuku Hiva.

 eiao-archeo-m-charleux.1289654674.jpg

Comme à Koh-Lanta

Cette fois, il n’y aura pas l’hélicoptère de la Marine Nationale pour monter tout le matériel au camp qui sera installé dans le haut de la vallée à proximité immédiate des sites, donc encore plus éloigné du lieu de débarquement! Il faudra donc tout monter à dos d’homme depuis la baie de Vaituha jusqu’au camp situé vers 500m d’altitude : au moins cinq à six heures de marche avec de lourdes charges.

Même en limitant matériel et nourriture, même en sachant qu’un précieux stock d’eau avait été laissé à la fin de la première mission, ce deuxième séjour s’annonce beaucoup plus difficile…tenant plus de Koh lanta que d’un séjour à Bora Bora !

Ainsi, en l’absence de source en altitude, pas question de douche ! Un verre d’eau pour le lavage des dents et il faudra se contenter de lingettes durant 30 jours. Tous ces sacrifices sans même l’espoir de gagner un prix comme dans la célèbre émission télévisée !

Juste pour pénétrer davantage la vie des anciens Marquisiens et mieux connaître ce passé d’une exceptionnelle richesse. L’étude de plusieurs milliers d’éclats de taille est également programmée au retour. De quoi s’occuper durant de très longs mois….

8-eiao_michel_charleux.1289653935.jpg

Aujourd’hui inhabitée, l’île abritait autrefois une centaine de personnes

Si on savait depuis longtemps déjà que Eiao avait été un grand centre de fabrication d’outillage lithique, certains évoquaient une population résidant temporairement sur l’île, le temps de façonner quelques herminettes…

Quand il considère le nombre et l’importance des différents sites recensés dans la vallée Hanataaitoki et sur toute l’île, Michel Charleux est persuadé que cette petite île, aujourd’hui inhabitée a abrité autrefois une population de quelques centaines de personnes qui résidaient à demeure.

2-archeo-eiao-mcharleux.1289654274.jpg 

On ne construit pas un paepae de 1000m² pour rester deux ou trois semaines ! Et cette population, exploitait le basalte à grain fin dans un plusieurs endroits et en tirait, en particulier mais pas seulement, des herminettes de types variés.

Un outillage d’une qualité et d’une réputation telles qu’il était connu loin de Eiao et a été diffusé durant plusieurs siècles dans tout l’archipel des Marquises, mais aussi beaucoup plus loin (Mo’orea, Mangareva, Kiribati,…).

4-eiao-archeo-michel_charleux.1289654216.jpg

Alors, l’archéologue espère bien que la population de Nuku Hiva prendra conscience que cette petite île où elle va souvent chasser le mouton, est un lieu absolument unique dans le patrimoine de la Polynésie orientale, d’une valeur exceptionnelle et surtout d’importance régionale.

Des éléments qui, à son avis, justifient pleinement qu’elle soit retenue comme site à proposer au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Puisse-t-il être entendu.

michel-charleux.1289654134.jpg

Source : Tahitipresse

Voir : Eiao, une mission de 60 jours sur l’île déserte

Marquises : Le jour du débarquement à Eiao de l’expédition de l’archéologue Michel Charleux

Extrait du journal de TNTV du 09 mai 2010. Reportage de F. O’Kelly-Laurent & Axel Lichtle. La Marine Nationale (Le Prairial, la Railleuse, un hélicoptère Alouette 3) a acheminé tout le matériel et les membres de l’expédition de Michel Charleux de Papeete jusqu’à Eiao, île déserte, en passant par Nuku Hiva. La mission archéologique durera 50 jours.

Voir aussi : Tahitipresse

Marquises : 60 jours sur l’île déserte de Eiao pour remonter l’histoire des Polynésiens (copyright Tahitipresse)

6-eiao-copyright-axel-litchle.1289685098.jpg 

Doctorant en archéologie, Michel Charleux s’apprête à mener une mission de recherche sur l’île de Eiao ( Marquises) où, dès 1987, il avait confirmé l’importance d’un centre de production d’outillage datant de l’époque pré-européenne. Cette fois-ci, l’archéologue poursuivra ses investigations pendant deux mois. Il y emporte cinq tonnes de matériel.

Il aura fallu trois ans au doctorant en archéologie, Michel Charleux pour finaliser une nouvelle mission sur l’île de Eiao. Les précédentes remontaient à 1987, 2007 et 2008. Aujourd’hui, sous l’égide du Centre international pour la Recherche archéologique en Polynésie (CIRAP), l’appui de l’Université de Polynésie Française et du CRIOBE, une subvention accordée par le biais du Contrat de Projet Etat-Pays et des aides privées diverses (ATN, Brasserie de Tahiti, Vaimato, et autres), avec deux équipes de Marquisiens mis à disposition par la commune de Nuku Hiva, l’archéologue s’est fixé pour objectif de faire l’inventaire des sites et de récolter 150 échantillons minéralogiques. En résumé, tenter de mettre en évidence les relations inter archipels pré-européennes.

1-eiao-copyright-axel-litchle.1289685212.jpg

Une mission pour la Marine nationale

Une nouvelle mission sur le terrain s’imposait pour Michel Charleux qui s’est pris de passion pour cette île sauvage dont certains paysages font plus penser à la planète Mars qu’à une île polynésienne… « Je pars avec la Frégate Le Prairial. L ‘Alouette déposera 1,5 tonne de matériel sur le plateau d’Eiao », explique l’archéologue qui poursuit « j’y resterai jusqu’au 20 juin avec mon collègue Christian Sospedra, topographe. Nous serons récupérés par le Patrouilleur P400 La Railleuse« .

Comme l’indique Michel Charleux, totalement déserte, avec ses 50km², l’île de Eiao est la plus septentrionale des îles du groupe Nord de l’archipel des Marquises. Érodé, cet ancien volcan effondré, limité par de vertigineuses falaises de 200 à 300m de haut, est une machine à remonter le temps pour le chercheur.

Effectivement, le plateau Tohuanui a été colonisé à l’époque pré-européenne. On y a retrouvé plusieurs dizaines d’ateliers de fabrication d’outillage lithique, preuve d’une production et d’une activité importante qui s’est étalée sur plusieurs siècles. De 1976 à 2008, de brèves missions sur Eiao, menées par des archéologues tels que Candelot, Rolett, Ottino, Charleux, ont permis de l’affirmer.

 2-eiao-copyright-axel-litchle.1289685266.jpg

Une signature physico-chimique

Eiao abrite l’un des deux gisements les plus importants de basalte à grain fin dans la région orientale du Pacifique Sud. L’autre étant situé sur Pitcairn. Du fait de la qualité exceptionnelle de la pierre, les anciens Polynésiens y avaient développé la fabrication de lames, d’outils sur éclat, d’herminettes et autres outillages, penu, etc.

L’abondant outillage produit sur Eiao était d’une qualité telle qu’il fut « exporté » à plusieurs centaines de kilomètres, sur une zone de plusieurs milliers de kilomètres carrés. Il faut savoir que comme toute roche d’origine volcanique, le basalte de Eiao a une composition spécifique qui constitue une véritable signature physico-chimique.

Ainsi, on a retrouvé en fouille – donc pré-européennes – des herminettes provenant de Eiao sur les îles de Moorea et Mangareva, distantes respectivement de 1600 et 1800 km de Eiao. Ces herminettes mettent en évidence les relations entre ces îles bien avant l’arrivée des Européens. Ces longs déplacements des Polynésiens à bord de pirogues ont progressivement cessé à partir des XVe-XVIe siècles pour une raison qui reste encore inconnue.

L’analyse des échantillons minéralogiques rapportés par la mission sera confiée à un laboratoire de l’Université du Queensland qui s’est proposé de les réaliser à titre gracieux, un « cadeau » de près de 50 000 euros non désintéressé puisque les résultats permettront de constituer une base de données unique.

4-eiao-copyright-axel-litchle.1289685352.jpg

Le tour des musées du Pacifique

« Je me propose ensuite de rechercher dans les collections des musées du Pacifique (Australie, Nouvelle-Zélande, Hawai’i, Chili…), des pièces qui pourraient avoir été façonnées sur Eiao« , explique Michel Charleux. « Cette recherche pourrait déboucher sur la découverte de relations pré-européennes entre archipels que je suspecte, mais qui restent jusqu’alors ignorées« , indique encore l’archéologue.

 5-eiao-copyright-axel-litchle.1289685415.jpg

Exposition aux Marquises

Les Marquises voient passer chaque année de nombreuses missions scientifiques aux objectifs variés. Cette mission fera l’objet d’une exposition culturelle et pédagogique à Nuku Hiva à l’intention des scolaires et de la population. Encore faudra-t-il qu’une modeste subvention soit accordée pour mettre en œuvre ce projet hautement important pour la population des Marquises.

Encore aujourd’hui, la migration entamée voici 5000 ans depuis l’Asie du Sud-Est, véritable épopée d’île en île de ceux qui vont devenir les Polynésiens et peupleront le triangle polynésien, est encore loin d’avoir livré tous ses secrets. De nombreuses zones d’ombre subsistent, en particulier, les relations qui ont pu être maintenues au cours du temps entre les différents archipels, et à l’intérieur de ceux-ci entre leurs différentes îles. CD

Source : Tahitipresse

3-eiao-copyright-axel-litchle.1289685465.jpg

Crédit photos : Axel Litchle

« Cap sur les îles Marquises » une émission de France Inter rediffusée sur Radio Impatience. Reportage consacré aux recherches de Pierre Ottino

hatiheu694.1249156050.jpg

On peut à partir du lundi 27 juillet réécouter sur le site Internet de la radio suisse romande « Impatience » un reportage en cinq épisodes de Daniel Fiévet : « Cap sur les îles Marquises ». Ce reportage consacré aux recherches de l’archéologue Pierre Ottino, à Nuku Hiva aux Marquises a été diffusé précédemment en juin 2008 sur France Inter, dans l’émission « La tête au carré ».

pierre-ottino.1249155943.jpg

Ecouter le premier épisode

radio-suisse-romande-cap-sur-les-iles-marquises-1_5-_-pottino-27072009.1249158469.mp3

En quelques siècles, il s’est produit sur ces îles une véritable catastrophe démographique. Au 16e siècle, on estime qu’il y avait environ 100 000 Marquisiens. Cependant, en débarquant les Européens leur ont apporté des maladies et des armes.

Résultat: au début du 20e siècle les Marquisiens n’étaient plus que 2000. Une véritable hécatombe. Des pans entiers de la culture marquisienne ont ainsi été perdus.

Modestement, Pierre Ottino, chercheur à l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement) grâce à son travail d’archéologue, aide les Marquisiens à renouer avec leurs racines, avec ce passé trop vite enfoui.

hatiheu693.1249156372.jpg

Deuxième épisode

radio-suisse-romande-cap-sur-les-iles-marquises-2_5-_-pottino-29072009.1249158646.mp3

Sur l’île du Nuku Hiva, Pierre Ottino a restauré d’anciens sites grâce à l’aide des Marquisiens et au soutien de personnalités locales comme Yvonne Katupa.

Maire de sa commune depuis plus de vingt ans, Yvonne Katupa se bat pour que les jeunes Marquisiens renouent avec leur histoire et leur culture.

Aujourd’hui elle accompagne Pierre Ottino et notre reporter Daniel Fiévet sur l’un des sites archéologiques restaurés. Un lieu particulièrement impressionnant…

banian.1249156463.jpg

Troisième épisode

radio-suisse-romande-cap-sur-les-iles-marquises-3_5-_-pottino-31072009.1249158769.mp3

Dans une vallée de Nuku Hiva, l’île principale des Marquises, Pierre Ottino emmène notre reporter Daniel Fiévet sur un site archéologique qu’il a restauré avec l’aide des habitants de l’île.

L’occasion pour l’archéologue d’évoquer l’Histoire du peuple marquisien ainsi que certains rites pratiqués par les anciens.

hatiheu-fosse.1249675248.jpg

Quatrième épisode

20090804-cap-sur-les-iles-marquises.1249675044.mp3

Sur un des nombreux sites archéologiques de Nuku Hiva, Pierre Ottino est accompagné de Ru’a Puhetini, un ami Marquisien qui l’aide dans son travail. Il lui a par exemple indiqué l’emplacement de certains pétroglyphes, des symboles gravés sur la pierre pas toujours évidents à interpréter

pierre-ottino-site-mauia-hohoi2692.1249675428.jpg

Dernier épisode

radio-suisse-romande-cap-sur-les-iles-marquises-5_5-06082009.1249674886.mp3

Avant l’arrivée des occidentaux aux Marquises, l’art du tatouage était particulièrement présent dans la culture et les traditions des habitants de l’archipel. Un temps disparu, cet art est en train de renaître. Des jeunes marquisiens remettent au goût du jour les motifs des anciens. Rencontre avec Brice, l’un de ces jeunes tatoueurs.

***

Liens:

taipi-ottino.1249157674.jpg

Livre :

Archéologie chez les Taïpi. Hatiheu, un projet partagé aux îles Marquises, de Pierre Ottino-Garanger – IRD Au Vent Des îles

Résultats des fouilles archéologiques menées par l’auteur aux îles Marquises, restitution du cadre de vie d’une ancienne tribu, reconstitution de l’utilisation des différents espaces écologiques, rôle et symbolisme des éléments anthropiques et naturels…

Compte rendu de l’ouvrage

Présentation du livre

« Tahitipresse » : Fouilles fructueuses sur le site mythique de la préhistoire polynésienne à Hane (Marquises).

(Tahitipresse – 24/12/2009) – Des centaines d’objets ont été trouvés à Hane sur l’île de Ua Huka aux Marquises par l’équipe du professeur Éric Conte, directeur du CIRAP (Centre International de Recherche archéologique sur la Polynésie). Outre dix-sept squelettes humains, des hameçons, une tête de harpon, des poids de pêche, des grattoirs en os et en coquillage, ou encore trois peignes à tatouer en nacre, ont été également mis a jour. Après analyse, ces objets enrichiront le musée de la mer à Hane.

« Depuis le début des années soixante, les techniques de fouille ont beaucoup évolué, entre autres, les analyses et les datations. Il était important de faire bénéficier ce site de ces nouvelles avancées », indique Éric Conte responsable « du projet Hane » parrainé par Air Tahiti Nui et Air Tahiti. Le site archéologique de Hane avait été fouillé en 1964 et 1965 par Y. Sinoto et M. Kellum et bien des questions se posaient déjà, notamment sur l’ancienneté du site et la chronologie de ses différentes occupations.
De plus, ce site ayant fait l’objet d’une publication très partielle, il restait encore beaucoup à connaître sur la vie des hommes qui, il y a peut-être 1000 ans, vivaient sur la dune de Hane.

Silence on tourne !

Le projet de Hane a revêtu plusieurs aspects. Outre la fouille du site lui-même, un tournage d’un documentaire pédagogique a été réalisé, expliquant les méthodes des archéologues, mais aussi les réponses que cette discipline peut apporter sur le passé. Sur place, plusieurs écoles de l’île ont suivi le chantier et ont été sensibilisées sur l’archéologie.

Les anciens se souviennent

« Les travaux de Sinoto et Kellum, sous forme de très nombreux sondages et de tranchées, avaient touché la plus grande partie de la dune et l’on ne disposait pas d’une cartographie précise des zones concernées par ces premières recherches », commente Éric Conte qui poursuit : « Lors des cyclones de 1983, une partie de la dune avait été emportée par la rivière. Aussi, la question se posait : restait-il encore une partie de la dune non touchée par les travaux anciens ? »

Avec l’aide de témoignages de personnes âgées ayant, à l’époque, travaillé avec Sinoto, et en s’aidant de photographies de l’époque, il a été possible de repérer une zone non encore fouillée du site.

Les anciens de l’île racontent qu’au moment de la fouille de Sinoto, s’élevaient sur la dune, un séchoir à coprah et une petite maison sous lesquels l’archéologue hawaïen n’avait pas pu fouiller. C’est à cet endroit que l’équipe d’Éric Conte a ouvert sa fouille, sur une surface modeste (20m2) mais qui, étudiée avec grand soin, devrait être riche d’informations.

Comprendre les mécanismes de peuplement

Lors de la fouille, dix-sept squelettes humains ont été retrouvés et étudiés par le Pr. Pascal Murail (Université de Bordeaux 1). Cela permettra de mieux connaître les caractères physiques et la situation sanitaire des anciens Marquisiens.
Les analyses ADN qui seront faites contribueront à l’étude des origines des Polynésiens et des mécanismes de peuplement des îles par l’homme.

Il est également possible de comprendre les pratiques funéraires (traitement des corps, etc.) et, à travers elles, d’atteindre les conceptions que les anciens Marquisiens avaient de l’au-delà. Ces squelettes humains seront à nouveau inhumés dans le cimetière de Hane.

Les 120 vestiges vont-ils parler ?

« Durant la fouille, on a aussi retrouvé une quantité très importante de vestiges d’ossements d’animaux (notamment de poissons et d’oiseaux) et de coquillages », informe le professeur Eric Conte qui constate que « grâce à ces restes, il sera possible mieux connaître la biodiversité terrestre et marine au moment de l’occupation du site ».

Les 120 vestiges (hameçons, une tête de harpon, des poids de pêche, etc…) retrouvés sur le site vont compléter cette approche de l’exploitation des ressources marines. Ils vont également permettre une meilleure information sur la technologie des instruments de pêche des Marquisiens.

« Des instruments particuliers, comme des grattoirs en os et en coquillage, ou trois peignes à tatouer en nacre, nous permettent d’aborder d’autres aspects de la vie des anciens habitants du site », remarque le professeur dont les fouilles ont été filmées par Axel Lichtlé de la chaîne de télévision polynésienne TNTV.

Pour voir l’article original et les photographies ; cliquez ici