La vie devant du côté de Koke

du-cote-de-koke.1226291176.jpg

Souvent, pour honorer l’homme occidental, l’atelier, s’anime le temps d’un voyage d’une imagerie exotique et figée, celle du vieux sauvage de la maison du jouir. L’heure ne serait-elle pas à tourner la page et laisser les jeunes Marquisiennes choisir enfin, à l’aube de leur civilisation retrouvée, d’autres rivages.

Mlle Helena Vaatete, a pris la pose, un instant pour des personnalités de passage. Stéphanie Ariirau Richard invite ses sœurs à descendre du tableau :

Regarde-moi, Gauguin est mort, Gauguin n’est plus. 
Tranchons la mangue, observons son plus beau profil, et son noyau fibreux et brun, comme la couleur de nos vies.
Regarde-moi, Gauguin est mort, Gauguin n’est plus.
Marchons pieds nus, sur la terre, jusqu’au sable,
tranchons la vie et son plus beau profil, jusqu’à son noyau pourpre, comme la couleur de ta robe.

Regarde-moi, ma sœur, Gauguin n’est plus, Gauguin est mort.
Courons ensemble, jusqu’à l’océan et goûtons le sel porté par les vents, tranchons la mer, caressons son plus beau profil, couleur aubaine, comme la couleur de nos vies.

Gauguin est mort, Gauguin n’est plus,
tranchons les silences, observons leurs plus tristes profils,
effleurons des doigts leurs noyaux fibreux et tristes,
couleur ébène, comme la couleur de tes cheveux.

Regarde-moi, Gauguin est mort, Gauguin n’est plus,
et nous ne sommes plus figées comme des natures mortes,
filles amères, lorsque nous sommes jeunes,
femmes sucrées, lorsque nous sommes mûres,
nos mafatu boum boum à travers l’univers,
sans prétendre immortaliser ce que le Créateur peut nous reprendre.

A chaque instant, le monde bouge,
il tranche la mangue,
amère ou sucrée,
jusqu’à son noyau fibreux.

Regarde-moi, ma sœur.

 

Pour lire le texte original et avec elle goûter la mangue sur son blog d’écrivain, cliquez ici