Îles Marquises : Des mots sur les blessures, réflexions suite à « Instantanés du Monde » une émission radiophonique

Sans titre1

Pour écouter ou enregistrer l’émission cliquez

Pour  les deux articles du blog de cette émission à Upeke, cliquez ici puis .

*****

Instantanés du Monde, une émission radiophonique extraordinairement merveilleuse. Une voix sublime, une écriture poétique, une illustration sonore qui nous transporte instantanément. Mieux que l’image photographique qui cadre notre vision, la bande son nous fait humer la terre et ses senteurs végétales, entendre le chant des coqs, sentir l’âme des Marquises.

chef-atuona.1226213837

Patrice Chef de danse à Hiva Oa

Le témoignage de Marie-Victoire, la grand-mère de Poe, est bouleversant. Ses réponses, ses silences, sa difficulté à trouver ses mots laissent transparaître les blessures jamais cicatrisées d’un peuple qui faillit disparaître au début du siècle dernier. Elle évoque sa vie au pensionnat de l’école Sainte-Anne à Hiva Oa où les filles étaient scolarisées afin d’être soustraites à l’inceste, et devenir de ferventes catholiques et par-dessus tout, des mères d’une généreuse fécondité. Les missionnaires avaient compris qu’ils n‘obtiendraient rien des garçons mais qu’ils réussiraient l’acculturation par la voie des filles. Son aïeule conserve apparemment un doux souvenir des heures passées à l’apprentissage des savoir-faire d’une civilisation aux antipodes de la sienne (Il y avait à Sainte-Anne une sœur d’origine allemande). Mais, elle semble avoir oublié la sévérité des méthodes de l’école des sœurs : les privations alimentaires, les corvées matinales auxquelles les pensionnaires ne pouvaient échapper, les châtiments corporels, les terreurs nocturnes, l’éloignement de leur famille dès le plus jeune âge, dès l’âge de six ans pour certaines. Un éloignement qui durait une année pour les Marquisiennes des autres îles de l’archipel, une année avant de pouvoir retourner sur l’île natale pour quelques semaines en famille, après un long voyage de plusieurs heures voire des plusieurs jours en baleinière. C’est ainsi que la population dévastée remonta ses effectifs grâce à la Mission et conjointement l’assistance sanitaire et persévérante du gouverneur, le Docteur Rollin.

Les plus petites familles comptèrent six, huit enfants tandis que la plupart en voyait naître entre douze et quinze et qu’un grand nombre de femmes mettaient au monde plus d’une vingtaine d’enfants, tous vivants.

Fatuiva_ThorHeyerdhal 1937

Fatuiva 1937 Photo prise par Thor Heyerdhal

Alors lorsque Poe essaie de retrouver les traces d’un passé disparu, perçoit-elle parmi toutes les violences subies, celle entre autres d’apprendre à manger assis à table avec une assiette et une fourchette lorsque les parents assis tailleur à même le sol en rond autour d’un plat central et unique saisissaient la nourriture avec les doigts ? Un exemple trivial direz-vous ? Manger avec les mains, danser pied nus le corps recouvert de végétaux sont des éléments identitaires de la culture marquisienne renaissante. Patrice, le fils, est le chef du groupe de danse qui représente Hiva Oa à chaque festival des Arts des Îles Marquises. La danse comme une thérapie corporelle pour se réapproprier sa langue maternelle nous dit Poe, la comprendre et surtout pouvoir la parler.

 

En écoutant Marie-Victoire, on entend sa résistance à la pratique de la langue française et on devine la pénibilité que fut pour elle l’apprentissage forcé de cette langue. Toutefois les Marquisiens restent très attachés à la France et à la religion catholique. Ils donnent des prénoms français à leurs enfants. Or à Tahiti, depuis une quinzaine d’année, les adultes manifestent une nette préférence pour leur prénom ma’ohi.

On pourrait se demander si aux îles Marquises, la population n’est pas victime du syndrome de Stockholm, son attachement à la France et à l’Eglise, autrement dit son identification à son agresseur, son envahisseur historique et occidental, lui offrirait pour un temps une possibilité de survie à l’enfer des années 1850-1920 ? Ce n’est pas si éloigné dans le temps, 1920 c’est quatre générations ; 1920 c’est à quelques années-près la naissance des arrières grands-parents de Poe.

On pourrait se demander aussi si parfois cette identification ne se retourne pas au contraire en une agression nouvelle contre la reconquête de la culture marquisienne ? Récemment il y a eu la dégradation du tiki de Upeke (une oreille détruite) et l’incendie de la pirogue de Nuku Hiva. Des symboles, des vestiges du passé sont détruits et drogues et alcools ne suffisent pas à éclairer ces actes.

Comment se penser à travers des statues que les ancêtres ont dû sous la contrainte détruire, comment jouer du tambour dans une église alors que les ancêtres ne devaient plus les faire résonner ?

 

« Comment puis-je apprendre leur langue maternelle aux enfants alors qu’il me fut interdit de la parler à l’école ? » me dit un jour un instituteur des îles Australes. C’était extrêmement douloureux pour lui.

Pour un historique de l’école des sœurs, lire l’article de Patrick Chastel

Festival de l’imaginaire : Chants et danses de Nuku Hiva (Îles Marquises) avec Te Hina O Motu Haka

Sous le banian majestueux, s’étend le meae, l’espace sacré où les Marquisiens se réunissaient pour leurs fêtes et leurs cérémonies au rythme des tambours pahu. Au coeur de la célébration, la danse et des légendes qu’hommes et femmes content avec force, douceur, générosité, amour, courage, usant du chant et du geste dans des chorégraphies toujours renouvelées sous les regards attentifs du tuhuka, le maître du savoir, et du tuhuka koika le maître de la fête qui prépare la troupe pour la manifestation.

Îles Marquises, Henua Enana, c’est-à-dire la Terre des Hommes en marquisien. Cet imposant massif volcanique surgi du fond de l’océan il y a quelques milliers d’années ne cesse de hanter les voyageurs dans leur course effrénée vers un horizon jamais atteint et nourrit les fantasmes d’un paradis exotique.

Derrière le rêve, la réalité. Brutalité de l’histoire. Relire Taïpi de Herman Melville, Les Immémoriaux de Segalen et les lettres de Gauguin. Déculturation, acculturation, interdictions en tous genres dont celle de parler la langue maternelle, perte d’identité, de mémoire, population décimée par les maladies, par la tristesse, peuple qui s’est laissé mourir… « parce qu’il ne dansait plus », aurait dit un chef marquisien.

Alors, dans les années 70, quelques jeunes Marquisiens d’exception ont voulu retrouver « une âme » et ont entrepris à travers l’archipel un remarquable travail de collecte auprès des anciens : mémoire des légendes, gestes, rythmes. Et danses. La danse renaît, avec elle l’enthousiasme des nouvelles générations qui trouvent là un terrain idéal pour exprimer leur fierté d’être. Deux noms s’imposent ici, celui de Lucien Kimitete, ancien maire de Nuku Hiva et figure emblématique du réveil marquisien, disparu entre ciel et mer en 2002, et Georges Teikiehuupoko, président de l’Académie Marquisienne qui oeuvre sans relâche, avec beaucoup d’autres, pour réunir et rassembler tout le patrimoine oral.

Les danses marquisiennes se prêtent volontiers à ce renouveau car, au-delà du cadre fixé par la tradition qui décrète que telle danse est statique, comme par exemple le Ruu que les femmes dansent à genoux dans le but de calmer les esprits, ou telle autre réservée aux hommes comme le Putu qui accompagne les chants de bienvenue, elles laissent place libre à l’invention. Selon le thème choisi, la légende racontée, des gestes, des figures chorégraphiques nouvelles surgissent. Elles incarnent des idées, produisent des images et c’est à ce pouvoir d’évocation qu’est jugé le talent des danseurs. L’ordre chronologique des danses, lui, est immuable. Pourtant, les nouvelles générations n’hésitent pas à le bousculer. De la même manière, elles mettent l’accent sur le Haka Toua, impressionnante danse des guerriers que les jeunes gens dansent avec une jubilation quasi jouissive, encouragés par les cris enthousiastes des danseuses alors cantonnées au rôle de spectatrices. Malgré un fond culturel commun, cette danse ne doit pas être confondue avec le Hakka des Maoris de Nouvelle Zélande.

Parmi les danses les plus remarquables, la danse de l’oiseau, Haka Manu, toute en grâce et en douceur, implique une danseuse soliste. Le Maha’u, ou danse du cochon est réservée aux hommes. Elle fut interdite par les missionnaires à cause de ses connotations érotiques et du râle particulier émis par les danseurs. On dit que quand la danse du cochon est bien dansée, les chiens doivent hurler…

Sur chaque île de l’archipel, une ou plusieurs associations regroupent jeunes et moins jeunes qui se retrouvent régulièrement pour danser, se préparer à différents festivals, mais aussi pour créer, ensemble, de nouvelles figures. Te Hina O Motu Haka de Nuku Hiva, est l’invitée de cette 15e édition du Festival de l’Imaginaire où elle présentera une légende, celle de la création des îles Marquises. Une création à découvrir.

Arwad Esber, Directrice du Festival de l’Imaginaire

 

Avec Jacques Poea Haiti, danseur et chorégraphe ; Jacky Kimitete, danseur et chorégraphe ; Max Peterano, danseur ; Yoann Taupotini, danseur ; Venance Taupotini, danseur ; Roland Teatiu, danseur ; Ralph Tetohu, danseur ; Olivier Fiu, danseur ; Aniata Kimitete, danseuse haka manu ; Claire Haiti, danseuse et chanteuse soliste ; Davina Kautai, danseuse ; Mylène Peterano, danseuse ; Guylène Peterano, danseuse et chanteuse soliste ; Dinah Deane, danseuse ; Alice Gendron, danseuse ; Ronald Tihoni, chef musicien ; Taivete Tihoni, percussions ; Huukena Teiki Huukena, percussions ; Colette Tihoni, choriste ; et Débora Kimitete.

Danse de l’oiseau, groupe de Nuku Hiva au Festival des Arts Ua Pou 2007

Dates et horaires Musée du quai Branly :

Vendredi 10 et samedi 11 juin à 20h

Dimanche 12 juin à 17h

En tournée : Le Théâtre – Centre Culturel

Jacques Duhamel de Vitré le mercredi 15 juin à 20 h 45

Marquises – Le Ru’u (îles du nord de l’archipel) ou Rari, Nani (au sud) est un chant de divertissement ; Joseph Kaiha chante : RU’U PA’IO’IO

  

Ecoutez  ce chant marquisien adressé à un esprit malin du genre petit diablotin…

On peut classer les chants marquisiens en trois catégories :

Koakoa, le divertissement  

Hahi, les louanges

Tapu, la religion

Le Ru’u (îles du nord de l’archipel)  ou Rari, Nani (au sud) est un chant de divertissement.

Les hommes sont sur deux lignes, le genou gauche terre, l’épaule droite penchée sur le genou droit et la main droite sur la joue. Entre ces deux rangées d’hommes, les femmes sont assises sur les talons. Elles chantent rythmant la mélodie par le mouvement gracieux du corps, les gestes de la main, dans un parfait unisson. Un homme dirige le chant, lent, calme, telle une méditation.

« Le ru ‘u, est le seul type de chant qui ait survécu au grand naufrage de la culture marquisienne. Le genre est agonisant à Ua Pou, où il n’est connu que de quelques vieux, les jeunes préférant les « himene kita » (chants accompagnés à la guitare) d’inspiration tahitienne. Il se survit un peu mieux dans d’autres îles. Il s’agit de chants de circonstances destinés à commémorer un évènement (retour d’un combattant de la guerre de 14, d’un Marquisien libéré de prison) ou honorer une personne (une femme remarquable par sa beauté, ou un fonctionnaire en visite officielle, etc.) » écrivait H. Lavondès en 1965.

En 2009, à Ua Pou, la connaissance du ru’u est portée seulement par quelques spécialistes qui se comptent sur les doigts d’une main : Jospeh Kaiha, Toti, Etienne Hokopauko, Benjamin Teikitutoua  pour l’écriture et pour le chant : Rosita la femme de Ben et Claire Ah-Lo.

Le ru’u est un chant de la vie composé par celui qui souhaite exprimer quelque chose d’un quotidien qui le marque particulièrement. Mais le sens du chant n’est pas accessible directement. Le ru’u est difficile à composer car les contraintes liées à la rime, au rythme et à la mélodie  sont incontournables. Les mots sont déformés pour les rendre de prime abord, mélodieux mais provisoirement inaccessibles au sens. Il faut écouter le ru’u plusieurs fois pour identifier les mots ;  il y a des mots qui n’ont pas de sens du tout, ils sont juste placés pour la rime ;  il faut écouter, faire des hypothèses, mémoriser et chercher encore pour atteindre le sens. C’est une complainte, une histoire qui se présente sous une forme très imagée et énigmatique. Les Marquisiens, les Polynésiens en général aiment jouer et plaisanter. Le ru’u est une joute intellectuelle entre ceux qui le chantent et ceux qui l’écoutent. Lorsque l’on écoute le témoignage de ceux qui écrivent des ru’u, on a l’impression qu’ils ont les mêmes préoccupations que les vieux compositeurs de jazz : longue recherche du mot qui conviendra (parfois sur plusieurs semaines), savants arrangements de la mélopée, déformation calculée des sons (phonèmes) et des mots, réflexion sur le sens, le jeu et la communication ainsi que le ressenti de l’émotion.

Il y a presque un demi-siècle déjà, dans la vallée de Puamau à Hiva Oa, au centre du village mais un peu à  l’écart – il y avait beaucoup moins d’habitations qu’aujourd’hui – vivait un homme qui chaque jour chantait un ru’u de sa composition que le voisinage écoutait pour deviner et connaître après moulte interrogations sur le sens de ses paroles, les nouvelles du jour ou de la nuit ! D’une manière embrouillée mais amusante, d’une manière savante mais cachée, il faisait savoir à son auditoire les dernières liaisons amoureuses et éphémères de la jeunesse de Puamau, les vraies et les fausses nouvelles, les bonnes et les mauvaises nouvelles, les tromperies et les ragots. Quand quelqu’un voulait savoir quelque chose sur ce qui se passait dans la vallée, il ne suffisait pas simplement de s’approcher et d’écouter le ru’u, il lui fallait aussi le comprendre.

Plus récemment Joseph Kaiha de Ua Pou a composé un ru’u amusant et rythmé dont voici un extrait :

***

RU’U PA’O I’OI  ( © J. KAIHA)

… / … 

Heruruu…

Heruru’u te henua i te pa’io’io..o..o..ohio

O te pahu ‘utu ‘utu ohio ‘io’io

O te pahu ‘utu ‘utu ohio ‘io’io

Heruru’u te henua i te pa’io’io 

Mauitikitiki matatiki e

Tu te’akau hakahika e

Ua rere ua rere te manu e…

Ta’eke, ta’eva te vaka o te moana

Moerau aririi vererau ruuruu

Kehu hekeruu matatiki e…ho! 

Manamana ia mai, to ‘oe vaka te moana e

Ua vaka te moana, ua aka te mevaha e a te tama e

Vakamana ia mai e…he!

Hakamana ia mai e…ho!

Manamana ia mai tepa’io’io 

Kehu hekeruu matatiki e

Moerau aririi, vererau ruuruu

Kehu hekeruu matatiki e…ho !

Ecoutez  ce chant marquisien adressé à un esprit malin du genre petit diablotin…